dsc04410

Comment bien préparer son Tour du Mont Blanc, l’été, en bivouac

Quelques semaines de préparation ont été nécessaires pour décider comment nous voulions NOTRE Tour du Mont Blanc (TMB). Tout d’abord, il a été bien utile de s’informer sur les blogs pour avoir les retours d’expérience de randonneurs, le but étant de partir le mieux préparer possible et d’éviter les imprévus. Préparation essentielle qui a permis de lister le matériel, choisir la meilleure période, réserver les transports, étudier l’itinéraire (j’ai aimé ce site : camptocamp.org), repérer les bons spots pour dormir et se ravitailler… Cependant, beaucoup de questions se posaient encore avant de partir :

  • Dormir sur le TMB : bivouac ou refuge ?
  • Pourquoi choisir l’option bivouac?
  • Quelle législation autour du bivouac?
  • Quelle météo et températures sur le TMB en août?
  • La fréquentation du TMB est-t-elle génante?
  • Quel itinéraire choisir?
  • Où se ravitailler en eau et nourriture sur le TMB?
  • Quel niveau de forme avoir?
  • Quel budget compter pour une semaine en bivouac?
  • Que mettre dans son sac de TMB?

Dormir sur le TMB : bivouac ou refuge ? (Avantages/Désavantages)

Refuges : Avantages
      • Lit confortable après une bonne rando
      • Douche chaude appréciable
      • Sac plus légers (absence de tente, sac de couchage, matelas de sol, popote, peu de nourriture)
      • Chaleureux en terme de température et d’ambiance
Refuges : Désavantages
      • Ils sont payants (compter 50 euros en moyenne pour la demi-pension incluant repas du soir, nuitée en dortoir et petit-dej). Possibilité d’acheter un pic-nic à 10-12 euros pour le midi.
      • Obligation de respecter un itinéraire pré-établi
      • Il faut réserver plusieurs mois en avance
      • Bruyants la nuit : réveils qui sonnent très tôt, ronflements…
      • Éviter la foule des refuges
Bivouac : Avantages
      • Peu coûteux en hébergement
      • Manger ce que l’on veut
      • Plaisir d’être dans la nature (bruit du vent, chant des oiseaux…)
      • Liberté de s’installer où on veut et quand on veut
Bivouac : Désavantages
      • Manque de confort (risque de nuit inconfortable, pas de douche, possibilité d’avoir froid, d’être mouillé…)
      • Il faut investir pour bien s’équiper et cela peut être onéreux (pour un premier trek)
      • Effort de préparer la tente après la fatigue de la randonnée
      • Augmente le poids et la taille de son sac à dos
      • Difficulté à faire sécher ses vêtements mouillés

En théorie, il est même possible de combiner les 2 options en dormant sous la tente tout en mangeant et en prenant une douche dans les refuges. Dans la pratique, c’est plus compliqué. Nous nous sommes aperçu que certains refuges refusent catégoriquement la présence des campeurs (Mottets, Bonatti…), que ce soit pour la douche ou pour planter la tente à proximité. Pour les repas du soir, il faut appeler pour réserver (prendre les numéros), car les refuges sont souvent pleins. Cela implique de perdre en autonomie. Enfin, c’est notre rythme de randonnée qui a déterminé l’endroit où nous allions dormir, il faut donc improviser tous les soirs avec les conditions du moment.

Pourquoi choisir l’option bivouac? Nous avons choisi l’option bivouac car nous étions bien équipés au niveau matériel. De plus, nous préférions faire l’économie des refuges (50 euros x 7 nuits = 350 euros/personne) pour rentabiliser aussi le matériel acheté. Enfin, la liberté de pouvoir s’arrêter n’importe où, de dormir et se réveiller avec les bruits de la nature, éviter la foule. Ces critères ont été les plus importants.

Ma philosophie : Grâce au matériel de plus en plus léger, la nourriture déshydratée. il est tout à fait possible de faire le TMB avec 12 kilos sur le dos. Voir moins en gagnant sur le poids de la nourriture si on mange dans les refuges. Avec une bonne préparation, une bonne météo, une bonne gestion de son équipement et du ravitaillement, bref, en étant organisé : vous pourrez passer des nuits très confortables en bivouac. Après, il y a toujours les imprévus et c’est pour ça qu’on aime l’aventure 🙂 (lire mon récit : Récit d’un premier trek grandiose : le mythique Tour du Mont Blanc)

Législation autour du bivouac Il est difficile d’être à 100% dans la légalité tout au long du TMB sur la question du bivouac. Cependant, beaucoup de campeurs le considère toléré car il n’y a pas de contrôles. Certains refuges acceptent les campeurs sur leur zone à condition de demander la permission à l’accueil, d’autres non. A chacun donc de trouver son équilibre avec la loi.

      • France : le bivouac en altitude est autorisé du lever au coucher du soleil
      • Italie : le bivouac en altitude est autorisé au dessus de 2500m d’altitude
      • Suisse : le camping est interdit

Quelle météo et températures sur le TMB en août? Partir en juillet-août, c’est presque l’assurance d’avoir des bonnes conditions météo. Du 03 au 11 août 2016, nous avons eu 5 jours ensoleillés sur 7, mais certaines années comportent des périodes de mauvais temps. Ainsi il peut neiger au mois d’août en haute montagne (voir ce récit d’un blogueur-randonneur : Chroniques d’un tour du Mont-Blanc avorté). Pour la pluie prévoir une veste Gore-tex et un protège-sac qui vous sauverons certainement. Les températures de jour varient entre 10 et 25 degrés, je conseillerais donc des sous-vêtements en laine de mérino, une couche intermédiaire thermique et votre veste coupe vent qui seront indispensable le matin pour un départ à la fraîche ou le soir après le crépuscule. Les nuits sont fraîches en bivouac : entre 0 et 10°c. Nous étions équipés de sacs de couchage en duvet de côte de confort – 3°C. Couchés dedans avec un leggings et un t shirt sec, c’était parfait !

La fréquentation du TMB est-t-elle gênante? En terme de fréquentation, le TMB est le trek le plus fréquenté de France de par sa dimension spectaculaire. Et en juillet-août, la fréquentation est la plus importante. Cependant, ça dépend surtout des tronçons. Globalement, ça ne nous a pas gêné, sauf sur le tronçon du Lac Blanc au dessus de Chamonix, la montée Courmayeur/refuge Bertone en Italie et la descente du Grand Col Ferret vers la Suisse. Pour un premier trek, ça a quelque chose de rassurant : on peut facilement discuter avec les randonneurs pour s’informer des points de ravitaillement. Il y a également beaucoup de nationalités du monde entier : nous avons rencontrés des japonais, scandinaves, américains, espagnols… L’occasion de pratiquer vos langues étrangères. Pour être un peu plus tranquille, ça peut aider de partir en milieu de semaine.

Quel itinéraire choisir? Nous avons suivi l’itinéraire classique qui pars des Houches vers l’Italie, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Pour la cartographie, nous avons utilisé le topo-guide du TMB qui je trouve, est un très bon investissement. Le parcours se fait de 7 à 10 jours. Nous avons parcouru les 170 kms à raison de 20 à 25 kilomètres par jour suivant le niveau de difficulté et notre état de forme. Le circuit est très bien signalé par des pancartes et les signes du GR. Normalement peu de chances de se perdre. Voici notre itinéraire avec les sites près desquels nous avons bivouaqué.

mapp

Où se ravitailler en eau et nourriture sur le TMB? N’ayez pas peur, le TMB comporte un tas d’occasions de se ravitailler en terme d’eau et de nourriture.

      • Eau : nous avions une gourde Platypus de 2L chacun. Finalement, elle nous a servi le soir comme réserve d’eau pour la cuisine, mais dans la journée une petite bouteille de 50 cl à portée de main nous a suffit, et nous la remplissions en passant devant les abreuvoirs, dans les refuges ou dans les villages. Il y a un refuge toute les 2-3h sur le circuit.
      • Nourriture : Le matin : un vrai café dans un refuge accompagné de trail mix (Avions un gros sac chacun comprenant arachides, chocolat et fruits secs). Pour le midi nous nous arrêtions dans un village pour acheter, pain, saucisson, fromage et fruits. Nous avions opté pour des repas déshydratés le soir (6 à 10 euros le sachet de 200g pour 2. Au menu : poulet à l’hawaïenne, lasagnes végétariennes, paella…). Bien sûr il faut les porter, mais nous n’avons regretté à aucun moment : léger, pas cher, aussi bon qu’un plat cuisiné, il suffit d’ajouter de l’eau chaude et de manger à même le sachet, pas de vaisselle. Que nous complétions avec une soupe déshydratée elle aussi. Nous avons terminé le trek avec un sac de 8kg après la consommation de la nourriture.

Quel niveau de forme avoir? Le TMB est un trek accessible pour randonneurs débutants ayant déjà fait de longues randonnées. Il évolue sur du relief de haute montagne avec des forts dénivelés comprenant plusieurs montées de 1000m de dénivelé atteignant des cols à 2500m : il exige donc d’avoir des mollets un peu entraînés sous peine d’arrêter avant la fin. Attention particulièrement à la descente raide Refuge Maison Vieille/Courmayeur qui est exigeante au niveau des genoux, le point le plus difficile de notre TMB.

profil-utmb-2013

Quel budget compter pour une semaine en bivouac?

      • Nourriture : 150 euros/7 jours/2 pers
      • Téléphérique de Bellevue (les Houches) : 13 euros/pers
      • Camping col de la Forclaz : +/- 12 euros/pers

Que mettre dans son sac de TMB? Voici une liste du matériel que je conseille afin d’avoir un sac à dos le plus léger possible. En effet, le poids du sac peut vite devenir un enfer. Nous avons croisé des gens qui ont arrêté leur Tour à cause d’un leur sac trop lourd. Mon sac pesait dans les 12 kg, nourriture et eau inclus (8kg en fin de trek). 12 kg est ce que je considère être le poids maximum pour moi. Mais tout dépend de la capacité de charge du randonneur, sa musculation, son poids et sa taille. Je mesure 1,84m et pèse 75 kg. Mais croyez-moi, 12 kilos, c’est déjà trop. Donc allez à l’essentiel et allégez, autant que possible, quitte à sacrifier des éléments de confort.

Ici le contenu de nos sacs :

Sac à dos (Melissa 45L, Moi 48L)
Tente (3 places, séparer les éléments pour partager le poids)
Sac de couchage (- 3°c)
Bâtons de rando (+ embouts)
Matelas de sol (gonflable)
Chaussures de rando (tige haute)
Vêtements
2 ou 3 t shirts en laine de mérino
1 short
1 pantalon
2 paires de chaussettes en mérino
3 boxers en mérino
1 camisole et un leggings pour la nuit
1 couche intermédiaire thermique (ou polaire)
1 veste imperméable Gore-tex
1 buff en mérino (écharpe)
1 casquette
Divers
1 zip-loc de toilette (savon, shampoing, crème hydratante, brosse a dent, dentifrice)
1 zip-loc pharmacie (bande stérile, sparadrap, pansements, désinfectant, double peau, paracétamol)
1 zip-loc papiers (ID, argent, cartes bancaire…)
1 serviette microfibre
1 couverture de survie (pour mettre sous la tente)
1 téléphone + chargeur
1 appareil photo + chargeur
1 crème solaire
1 lunette soleil
1 couteau
1 grande gourde Platypus + une bouteille 50 cl
1 lampe frontale
1 réchaud à essence + petite bouteille d’alcool à brûler
1 popote en titane
1 cuillère fourchette
1 briquet
1 lacet de rechange
1 topo-guide
Papier toilette
Nourriture (7 plats déshydratés, soupes déshydratées, trail mix, pita, confiture, café, thé)

 

Tags: , , , , , , , ,
Previous Post Next Post

Comments

Add Your Comment
  1. Reply

    Merci pour le lien vers mon récit. Par contre la rando sous la neige c’est plutôt passée en juillet 🙂
    Mais on reste dans un environnement de montagne avec des passages en altitudes où la neige peut être présente à n’importe quel moment suite à des températures un peu basses.

      • fabrice
      • 11 May 2017
      Reply

      Merci pour le comment et désolé pour l’imprécision. A bientôt !

    • val
    • 11 May 2017
    Reply

    Bonjour,

    Super recap pour bien se préparer pur le TMB que je vais effectuer cet été.

    Toutefois, je suis à la recherche d’un outils qui me permettrait de faire mon traçé afin d’avoir toutes les informations de durée, dénivelé +/- et ainsi que la distance.

    Si vous avez des pistes, cela m’intéresse… !

    Bonne continuation pour vos futures aventures 🙂

    Bien Cordialement.

      • fabrice
      • 11 May 2017
      Reply

      Bonjour,

      Merci pour votre post 🙂 Avant départ, je me suis basé sur le site de Camptocamp (https://www.camptocamp.org/routes/229328/fr/tour-du-mont-blanc-tour-classique) que j’ai trouvé plutôt bien fait techniquement. Mais c’est vrai qu’il manque de précision entre les étapes. Après quelques recherches, c’est vraiment le classique Topoguide du Tour du Mont Blanc qui m’a fournit le plus d’infos et que je conseillerais.

      A bientôt et surtout bon TMB !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *