Visite de la réserve indigène des Mayas Lacandons

Nous poursuivons notre exploration solidaire (voir mon article Exploration solidaire en pays maya) dans la région du Chiapas, dans l’immense forêt des Lacandons, à la frontière du Guatemala. Les lacandons sont traditionnellement un peuple indigène de mayas semi-nomades qui a échappé à la christianisation espagnole grâce à son isolement. “Découverts” en 1935, passés à côté de l’extinction à cause des maladies apportés par les étrangers, ils ont multiplié depuis les contacts avec le monde moderne jusqu’à se sédentariser totalement. Suite à un conflit avec des paysans zapatistes venus pour s’installer et cultiver, l’Etat mexicain, pour les protéger, a créé pour eux la réserve indigène de la Selva Lacandona, construit la première route d’accès en 1994 et les a réunit dans 3 villages : Lacanja Chinsayab, Naja et Metzabok.

  

Nous nous rendons dans celui de Lacanja, non loin des ruines mayas de Bonampak. Dans cette communauté, la mondialisation et l’arrivée du tourisme ont profondément bouleversé les modes de vie. Outre la culture de la Milpa (parcelle familiale de cultures vivrières constituée de maïs, haricots…) qui leur permet de s’auto-suffire, la majorité des lacandons vivent en exerçant des professions de guides, gèrent des éco-hostels familiaux, des superettes, travaillent dans la restauration ou les transports. Les jeunes, absorbés par l’ère internet, scotchés, comme tout adolescent occidental, à l’écran de leurs smartphones, se désintéressent de leurs traditions et du savoir transmis de génération en génération. Petit à petit, se perdent, au grand désespoir des anciens, les connaissances millénaires sur les plantes, les animaux, la médecine mais aussi les légendes, qui sont le socle de la transmission orale. Les cheveux longs et les traditionnelles tuniques blanches sont progressivement remplacés par la fameuse combinaison Baskets/jean/T-shirt et coupe de cheveux “Neymar”. 

Cependant, les emplois du tourisme permettent aussi aux jeunes de rester dans la communauté au lieu d’émigrer vers les villes. Nous rencontrons la jeune propriétaire du “Cueva del Tejon”. Nous tombons sous le charme de sa gentillesse et de son projet. Ici, tout est conçu autour de la conservation de l’environnement. Son père, ancien garde forestier, a imaginé et conçu des bungalows de bois sur pilotis immergés dans la jungle. Depuis son décès, la jeune fille de 22 ans a la lourde responsabilité de développer le lieu et d’en tirer les revenus pour faire vivre sa famille. Le lendemain, nous allons dans un autre écolodge, le “Sanctuaire des crocodiles”, entièrement dédié à la protection de la nature. Les terres de notre hôte possèdent la particularité d’accueillir des hectares de forêt vierge et trois grands lacs qui sont le refuge de crocodiles. La nuit venue, il nous emmène sur l’un d’eux, sous les étoiles, faire une ballade d’observation en canoë. Il nous parle de l’amour des Lacandons pour la forêt et nous montre sa pépinière de palmes et de vanille sylvestre qu’il sème inlassablement ainsi que les plants des nombreux arbres fruitiers qui doivent apporter la nourriture aux oiseaux. Le lendemain, nous nous réveillons au son du chant des toucans, des singes hurleurs, et des nombreux oiseaux qui peuplent cet endroit magique. 

 

Les Lacandons sont humbles, réservés. Il nous aura fallu quelques jours pour apprivoiser leur culture et mettre un pied dans leur monde. Cela nous a permis de prendre conscience de la grande fragilité de ce peuple et du poids de la mondialisation, qui, comme un rouleau compresseur, écrase sur son passage les derniers peuples isolés, uniformise les cultures et inonde de Coca-cola les derniers lieux sauvages. Heureusement, des résistances se créent et peu à peu, quelques voix s’élèvent pour conserver dans le marbre cette précieuse mémoire, celle de leur identité.

Budget (par pers) et Astuces :

  • Prendre un combi collectivo de Palenque jusqu’à entrée de la réserve (+taxi): 120 pesos
  • Prix entrée dans la réserve Selva Lacandona : 35 pesos 
  • Prix moyen pour une nuit (bungalow) en écolodge : 300 pesos
  • Prix d’une heure avec un guide dans la jungle : 100 pesos
  • Aller à la cascade par le chemin : 70 pesos
  • Accès aux ruines de Bonampak : taxi Lacandon (qui vous attends) 150 pesos/pers
  • Prix d’entrée des ruines : 65 pesos (belles peintures mayas)
Tags: , , , , , , , , , ,
Previous Post Next Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *